Marine

A propos de La VHF marine

Comment tester la fonction ASN d'une VHF ?


Votre VHF fixe ASN possède un bouton rouge de détresse [DISTRESS] pour le déclenchement d'une alerte vers les services de secours.
Une VHF ASN communique un message numérique sur un canal VHF dédié capté par d'autres récepteurs VHF à condition d'avoir entré le numéro MMSI du bateau et une position GPS.
Pour émettre un message de détresse, il suffit d'un appui long sur le bouton [DISTRESS].
Le message reçu contiendra alors l'identifiant du bateau en détresse, sa position et la raison de l'appel (Homme à la mer, incendie, …).

Un test de l'ASN peut être fait en appuyant sur le bouton [DISTRESS] ou par un appel individuel vers un bateau ami équipé d'une VHF ASN.

Découvrez en vidéo les procédures de test à effectuer pour vérifier rapidement le bon fonctionnement des fonctions d'alerte de votre VHF.

Comment entretenir une VHF ?


Les VHF portables étanche demandent elles aussi de l'entretien.
Le service technique ICOM nous explique comment prendre soin, sans risque, de sa VHF, pour qu'elle continue d'assurer notre sécurité.

Un entretien de l'appareil simple et réalisé en quelques minutes seulement prolonge la durée de vie de votre VHF et peut vous éviter des retours à l'atelier...

Cet entretien consiste à  rincer l'appareil à l'eau claire pour éliminer le sel et à graisser les parties métalliques pour éviter la corroson.

Découvrez en vidéo les astuces pour entretenir votre VHF.

Comment demander automatiquement une position à la VHF ?


Si la VHF DSC est un élément de sécurité à bord, elle peut aussi remplir des fonctions très intéressantes. La demande de position est une fonction dont il ne faut pas se priver.

Les VHF DSC se distinguent par des fonctions très pratiques. Outre la possibilité d'envoyer facilement un signal de détresse (simplement en appuyant sur le bouton en façade), on peut aussi s'en servir pour appeler nommément un bateau (en envoyant une alarme sonore que seul l'intéressé reçoit).

Il est aussi possible de demander sa position à une VHF : cette demande s'appelle le Position Request. Il suffit d'envoyer la demande à un numéro MMSI connu (ou déjà entré dans le répertoire) pour que le poste distant vous envoie sa longitude et sa latitude.
La fonction de réponse peut être manuelle (comme dans notre exemple vidéo) ou automatique. La réponse automatique peut être intéressante quand on confie une VHF portable DSC pour suivre son enfant à terre ou bien en navigation.

Article complet sur : bateaux.com

Comment estimer la portée d'une VHF ?


En VHF marine c’est à dire dans la bande de fréquences comprise entre 156 MHz et 162 MHz on considère que les ondes se propagent en ligne droite comme les rayons lumineux, on parle alors de portée optique.

Ce type de propagation est par conséquent limité par les obstructions : bâtiments, digues, caps, falaises, iles etc…et au mieux par la courbure de la terre, le signal direct étant alors masqué par l’horizon (il existe toutefois comme pour les mirages, des conditions paticulières, pouvant permettre des propagations ponctuellement supérieures à l’horizon, mais cela reste exceptionel).

C’est pour cette raison que l’on dégage au maximum en hauteur l’antenne VHF, et que l’on l’eloigne au maximum de toutes structures pouvant avoir un effet de masque.


Le calcul de la portée théorique simplifiée en négligeant l’influence sur la propagation de la météo, de la puissance et des différences de propagation sur l’eau et la terre et en l’absence d’obstruction découle de la formule suivante :

D= d1+d2=Racine(17*H1)/1,852+ Racine(17*H2)/1,852


Cette formule n’étant pas pratique à mettre en œuvre, on lui préfère la formule suivante qui donne une valeur approchée.

D = 2,2 (Racine(H1) + Racine(H2))
avec H1 et H2 en mètres et D en milles Nautiques


Ainsi on obtient habituellement entre 2 et 10 miles nautiques pour une VHF portable, et entre 25 et 30 miles nautiques, avec une VHF fixe ayant une antenne dégagée.

Bien sûr de la qualité du récepteur et de l’émetteur dépendent l’immunité aux perturbations et la sensibilité dont découle directement la qualité de la communication. Icom est connu pour son leadership en technique radio depuis plus de trente ans, en choisissant une VHF Icom, vous optez pour la sécurité.

Réglementation en mer !

anfr
Pour le compte du ministère chargé de la Mer, l’Agence Nationale des Fréquences (ANFR) assure la gestion des licences, des MMSI et indicatifs et organise les examens du CRR

Extrait du guide du Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie
Les émetteurs-récepteurs du service mobile maritime dans la gamme des ondes métriques (VHF) sont des éléments importants de sécurité pour la navigation de plaisance et l’organisation des secours en mer. Afin de favoriser leur emploi par les plaisanciers, de nouvelles conditions d’utilisation de la VHF sont entrées en vigueur le 1er mars 2011.

Les obligations dépendent désormais de la zone d’utilisation de la VHF, soit dans les eaux territoriales françaises, soit dans les eaux internationales.

Dans les eaux territoriales maritimes et les eaux intérieures françaises :
- Vérifiez que votre VHF est correctement initialisée et connectée au GPS.
- Dans les eaux intérieures françaises, l’utilisation de l’ASN est interdite.

Pour l’utilisation d’une VHF portative ASN ou d’une VHF fixe avec ou sans ASN de plus de 6 watts
Des connaissances théoriques et pratiques nécessaires pour l’utilisation de la VHF sont désormais intégrées dans le programme de formation ainsi qu’à l’examen du permis de conduire de bateaux de plaisance.
Le titulaire du permis plaisance peut ainsi manœuvrer une VHF, fixe ou portable, dans les eaux nationales maritimes ou intérieures sans avoir à passer un examen supplémentaire.
L’examen théorique pour l’obtention de l’option côtière ou de l’option eaux intérieures passe de 25 à 30 questions.
Les titulaires d’un permis plaisance délivré avant l’entrée en vigueur de cette réforme peuvent utiliser la VHF dans les mêmes conditions.
Les personnes non titulaires du permis plaisance restent soumises à l’obligation de posséder un CRR (Certificat Restreint de Radiotéléphonie).

Pour informations et formalités d’inscription, contacter l’ANFR.

Pour l’utilisation d’une VHF portative sans ASN* d’une puissance maximale de 6 watts l'obligation d’être titulaire du CRR est supprimée. Aucune qualification spécifique n’est exigée.

Conseils des sauveteurs en mer !


Quel que soit le type de navigation pratiquée, embarquez toujours une VHF !

Elle est un élément essentiel de votre sécurité. Elle vous permet d’appeler les secours en cas de besoin, d’écouter ce qui se passe autour de vous et de porter secours ou assistance en cas d’appel d’un autre navire.


Lors de l’embarquement, le chef de bord doit expliquer à tous le fonctionnement de la radio VHF. En cas de difficulté, chaque équipier doit être capable d’alerter les secours sur le canal 16 et de s’assurer que la VHF est bien sur « high ».


  • N’encombrez pas le canal 16 qui est une fréquence de sécurité et sur laquelle vous êtes entendus par tous, changez de canal. Les fréquences 6 - 8 - 72 et 77 sont destinées aux communications de navire à navire.

  • Apres avoir accompli les formalités gratuites auprès de l’ANFR pour obtenir votre licence d’utilisation et le numéro MMSI (numéro identité du service mobile maritime), n’oubliez pas de saisir le numéro MMSI sur votre VHF ASN en respectant scrupuleusement le mode d’emploi de votre appareil. Ainsi initialisée, une VHF ASN couplée à un GPS permet de signaler une alerte automatiquement en transmettant votre identité, mais aussi votre position facilitant ainsi la mise en œuvre et l’arrivée des secours.

  • Adoptez une VHF fixe ou portable en fonction du type de navigation que vous pratiquez. En fonction de la hauteur des antennes d ‘émission et de réception et du relief de la côte, les portées peuvent être très différentes. Il est communément constaté que la portée maximum des VHF portables est de l’ordre de 3 à 5 milles et celle des VHF fixes de 20 à 25 milles.

  • En fonction de la durée de votre navigation, munissez-vous d’un chargeur ou de batteries de rechange. En général, la durée d’autonomie d’une VHF varie entre 5 et 8 heures.

  • En cas de détresse, si vous n’avez pas de VHF, utilisez votre téléphone portable (mais il ne peut pas toujours être capté, il ne permet pas d’échanger avec les sauveteurs et ne peut pas être repéré par radio-goniométrie). Appelez le le CROSS en composant le 196 sur votre téléphone, nouveau numéro d’urgence national.